Spotlight’s on: Joris Lipsch de Studio Matters

Studio Matters a reçu la nouvelle d’avoir été choisi pour concevoir l’exposition « décorations impressionnistes » dans le prestigieux musée d’Orsay. Nous lui avons parlé pour le Spotlight’s on de l’Atelier Néerlandais. 

Quelle exposition allez-vous concevoir ?

Il s’agit de « Décorations impressionnistes », qui peut être visitée à partir du 13 avril 2021 au Musée d’Orsay. En plus des œuvres célèbres, les impressionnistes ont également peint de nombreuses décorations. Par exemple, des portes, des armoires ou des fresques. Les impressionnistes considéraient que l’art décoratif ne passait pas nécessairement après la peinture. Parce que des peintres tels que Renoir, Monet, Manet ou Cézanne sont devenus si célèbres, ces œuvres décoratives ont souvent été sorties de leur contexte et encadrées. Avec cette exposition, le musée veut montrer à quoi ressemblaient ces œuvres à l’origine et expliquer pourquoi les impressionnistes trouvaient ce type de travail si intéressant.

Comment allez-vous faire cela ?

Nous avons gagné le concours pour la conception de l’exposition. Nous travaillons en étroite collaboration avec le conservateur du musée. Il nous montre une liste des œuvres à exposer, puis nous faisons une proposition pour le parcours et la conception architecturale de l’exposition. Nous réalisons également la conception graphique et travaillons avec un concepteur d’éclairage, nous réfléchissons donc aussi à la meilleure façon de mettre en valeur les œuvres individuellement. De nombreux visiteurs ne se rendent pas compte que pour presque chaque exposition temporaire, les lieux doivent être réaménagées. Dans notre conception, l’art passe avant tout et nous disons souvent : si les gens ne voient pas notre conception, c’est que nous avons fait du bon travail.

Studio Matters est notre bureau à Paris, et nous faisons partie du collectif The Cloud. Il s’agit d’un collectif avec Bright et Civic, tous deux basés à Amsterdam. Bright se concentre sur l’aménagement urbain et la recherche. Civic est un cabinet d’architectes, et de notre côté nous concevons des expositions. Nous collaborons également à des projets plus importants, comme le pavillon néerlandais/flamand de la Frankfurter Buchmesse, que nous avons conçu avec « Civic ».

 Comment avez-vous atterri à Paris ?

J’ai rencontré mon épouse française aux USA, et lorsque la crise a frappé en 2008, nous avons décidé de retourner en Europe. Ensuite, nous avons eu le choix : les Pays-Bas ou la France. C’est Paris que nous avons choisi.

Il y a quelques années, nous avons organisé un atelier avec le collectif The Cloud dans l’Atelier Néerlandais sur le patrimoine architectural aux Pays-Bas et en France, et depuis ce temps, nous sommes toujours restés adhérents. La communauté culturelle autour de l’Atelier Néerlandais est très stimulante – et l’environnement est très agréable. J’aimerais bien m’investir plus, mais malheureusement le temps me manque ».